La chute chez les personnes âgées

pixabay

Saviez-vous que les chutes sont la première cause d’accidents mortels chez les seniors ? La plupart des chutes ont lieu à leur domicile, lors d’activités quotidiennes. Il est vrai qu’avec l’âge, les seniors augmentent en fragilité et proportionnellement, augmentent leurs risques de chutes. Chaque année, on compte environ 0,6% de décès sur les 2 millions de chutes de personnes âgées. Les chutes des personnes âgées constituent un réel problème de santé publique. Après une chute, la personne âgé est fragilisée même sans la présence de traumatisme.

Voyons ensemble quels sont les causes de ses chutes, leurs conséquences et voyons comment pourrions nous les prévenir.

Les facteurs qui favorisent les risques de chutes :


L’âge 

L’âge est la cause principale des risques de chutes. En effet, ce risque augmente d’environ 5% chaque année chez la personne âgée (à partir de 65 ans) à cause des changements physiques et physiologiques qui s’opèrent au cours des années. Troubles moteurs, altération des capacités sensorielles (troubles de la visions, de l’audition, troubles cognitifs) et hypotension orthostatique sont des facteurs handicapant et ne facilite pas leur quotidien.
Il est donc conseillé de s’équiper de matériel tels que les aides à la marche (canne, déambulateur), matériel auditif, … .


Les médicaments

Les médicaments sont la deuxième cause de mortalité chez les seniors. Il faut faire attention aux effets secondaire de certains médicaments qui peuvent augmenter le risque de chutes. Diminution de la vigilance, de la qualité de vision, les médicaments sont à manipuler avec précaution. Il est d’ailleurs recommandé d’utiliser des piluliers pour organiser la prise de médicaments et éviter les oublies et sur-consommations.


Les facteurs comportementaux et environnementaux

Les activités quotidiennes sont en majeure partie responsable des chutes des personnes âgées. C’est pourquoi il peut devenir primordial d’aménager l’habitat en fonction des besoins e de l’autonomie de l’habitant. Il est d’ailleurs conseillé d’éliminer les tapis et tous obstacles au sol, veiller à la qualité de l’éclairage présent au sein du logement et d’installer des barres de soutien. 


 


Les conséquences

Une chute peu causer des traumatismes (fractures, plaies, contusions, …) mais peuvent aussi avoir des conséquences psychologiques (syndrome post-chute) qui impacteront sur la vie sociales de la personne qui renoncera progressivement à sa vie sociale.



La prévention

En plus de l’aménagement spécifique du logement selon les besoins , il est recommandé de prendre soin de soi et de sa santé pour garder la forme !

Quelques précautions à prendre :

  • Laisser les lieux de passage (couloir, escalier) libres et ranger tout objet au sol (tapis, câbles électriques, …)

  • Adapter le logement en le sécurisant : appuis, douches adaptés, …

  • Organiser le placement des objets quotidiens au sein du logement en fonction des priorités

  • Vérifier la qualité de l’éclairage afin de maximiser le champ de vision de l’habitant

  • Éviter de se précipiter vers le téléphone, la sonnette ou autre

  • Contrôler la stabilité des appuis et des équipements du logement

  • Si vous avez un animal domestique, faites attention lorsque vous marchez qu’il ne soit pas dans vos jambes

  • Privilégier les chaussures à semelles antidérapantes

Prendre soin de sa santé, c’est aussi minimiser les risques de chutes. Une mauvaise alimentation engendre des carences, des sensations de faiblesse et vertiges souvent présents chez les personnes âgées. Il faut donc veiller à bien s’alimenter (1800 kcal – 2000 kcal) et s’hydrater suffisamment.

De plus, le maintien d’une activité physique pourrait limiter le risque de chutes. Les activités douces telles que la marche préservent les réflexes et la masse musculaire. Il est donc recommandé de faire une trentaine de minutes d’exercices par jour et d’intensité moyenne.

pixabay.com

Vous êtes tombé ? Ce n’est pas bien grave, mais maintenant, il faut se relever !

On est jamais trop prudent ! Pourquoi ne pas vous entraîner, de temps en temps et en présence d’une autre personne. De plus, en cas de chute, il existe des solutions de téléassistance vous permettant d’alerter les secours ou vous aider en cas de besoin. Ils sont joignables 7J/7 et 24H/24 à l’aide d’un médaillon ou d’une montre portée en permanence.